Contactez-nous aujourd'hui : 418 627-3120

À Québec, le marché est à l’avantage des vendeurs

Janvier 2011 – Pour 2011, à Québec, le marché immobilier s’annonce favorable pour tous ceux qui songent à vendre leur propriété. Voilà l’une des conclusions à tirer de la Conférence sur les perspectives du marché de l’habitation présentée en décembre dernier à Québec par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Selon les analystes de marché de la SCHL, sur le territoire de la Ville de Québec « le marché est serré partout, ou presque… ». Cela signifie que, peu importe le quartier, peu importe le type de propriété (unifamiliale, condo ou « plex »), les conditions de marché favorisent les vendeurs.

QUÉBEC SE DÉMARQUE DES AUTRES GRANDES VILLES

À Québec, de 2002 à 2010, le prix moyen des propriétés résidentielles est passé de 122 000$ à235 000$, soit une augmentation de 93%. Malgré ces hausses de prix importantes, la région de Québec demeure un marché abordable comparativement aux autres grandes villes canadiennes. Par exemple, à Vancouver, en tenant compte du revenu médian après impôts des ménages, une propriété vous coûtera environ 3 fois plus cher qu’à Québec.

La Ville de Québec se distingue par son taux de chômage de seulement 4,6%, par son faible taux de logements vacants (0,4%) et par un solde migratoire positif et fortement en hausse depuis 2005. Dans ce contexte, les augmentations de prix enregistrées ne paraissent pas anormales parce que supportées par des bases solides.

Tous droits réservés | Yvan Dufresne, notaire – Courtier immobilier agréé DA

Partager cette publication