Contactez-nous aujourd'hui : 418 627-3120

Les ventes ralentissent …

Mars|Avril 2009 – Les années se suivent mais ne se ressemblent pas… L’année 2008, quant à elle, nous en aura fait voir de toutes les couleurs.  En effet, après un hiver sans histoire, le printemps 2008 a surpris tout le monde par ses fortes hausses de prix.  Enfin, l’année 2008 s’est terminée au ralenti gracieuseté  d’une crise financière que personne au monde n’avait vu venir.

Finalement, à Québec, le prix moyen des maisons unifamiliales a, de janvier à décembre 2008, enregistré une hausse de 10%.  Mais, depuis l’automne dernier tout le monde se demande si la ville de Québec va échapper à la crise parce que, bien que les prix se soient maintenus au cours de l’automne, les ventes ont commencé à ralentir.

Dans le milieu, nous attendions de voir comment l’année 2009 allait débuter avant de mettre définitivement de côté les prévisions de la SCHL, laquelle, à la mi-novembre, prévoyait que la demande serait encore au rendez-vous pour 2009.  Malheureusement, en janvier dernier, les acheteurs ont été très frileux, de sorte que les ventes totales pour l’ensemble de la province ont affiché une diminution de 30%. Bien que la région de Québec résiste mieux à la crise, les ventes de maisons unifamiliales y ont baissé de 21%.

… MAIS LES PRIX S’ACCROCHENT

Quant aux prix, bien qu’il soit trop tôt pour activer la sonnette d’alarme, en janvier dernier, on observait à Québec une augmentation de 37% au niveau du nombre de maisons unifamiliales à vendre, par rapport à janvier 2008.  Malgré cela, la Chambre immobilière de Québec constatait que les maisons unifamiliales se sont vendues 8% plus cher qu’en janvier 2008.

CONCLUSION :  On peut encore vendre sa propriété à un bon prix.  Toutefois, si vous pensez à vendre, faites bien vos devoirs avant d’afficher à un prix trop élevé parce que si vous ne faites pas une bonne analyse de comparables, sachez que les acheteurs eux, prennent le temps de bien faire leurs recherches et sont en mesure d’écarter systématiquement les maisons affichées à un prix trop élevé.

Tous droits réservés | Yvan Dufresne, notaire – Courtier immobilier agréé DA

Partager cette publication